Boîte à outils pour la conservation du papillon monarque

Programmes incitatifs

1-D-1 Agricultural Tax Valuation: Wildlife Management Use Qualification

État du Texas

Pays
États-Unis

Région
Texas

Catégorie d’utilisation des terres/de couverture terrestre
Agriculture générale

Type d’organisme
Étatique

Espèces/habitats ciblés ou associés
Animaux sauvages indigènes

Type de publication
Site Web/portail Web

Langue originale
Anglais

Années de mise en œuvre
En cours

La Wildlife Management Use Qualification prévue par les lois du Texas applicables aux taxes foncières permet aux propriétaires fonciers de qualifier leurs terres en vue de la gestion des espèces sauvages lorsqu’elles ont déjà été évaluées comme des terres agricoles à des fins fiscales. Cet allégement fiscal n’a aucune incidence sur le revenu, ce qui signifie que l’évaluation fiscale fournie pour les terres agricoles demeurera la même. L’évaluation agricole peur être inférieure à ce qui s’appliquerait aux terres en temps normal. L’évaluation relative aux espèces sauvages peut permettre aux propriétaires fonciers d’adapter leurs pratiques de gestion aux exigences du comté.

Par exemple, on peut établir des normes minimales sur l’intensité du pâturage mais, en vertu de l’évaluation des espèces sauvages, il se peut que les propriétaires fonciers puissent ajuster leur densité d’occupation (TPWD, 2016). Les propriétaires fonciers doivent mettre en œuvre au moins trois pratiques : gérer l’habitat afin que cela bénéficie aux espèces sauvages, offrir un abri (créer activement ou maintenir la végétation des sites de nidification) et effectuer des recensements (État du Texas, 2016). D’autres exigences/limites peuvent s’appliquer, même si les espèces sauvages pourraient inclure d’autres espèces que le gibier (TPWD, 2016).

Montant de l’incitatif
Cet allégement fiscal n’a aucune incidence sur le revenu, ce qui signifie que l’évaluation fiscale fournie pour les terres agricoles demeurera la même. L’évaluation agricole peur être inférieure à ce qui s’appliquerait aux terres en temps normal. L’évaluation relative aux espèces sauvages peut permettre aux propriétaires fonciers d’adapter leurs pratiques de gestion aux exigences du comté. Par exemple, on peut établir des normes minimales sur l’intensité du pâturage mais, en vertu de l’évaluation des espèces sauvages, il se peut que les propriétaires fonciers puissent ajuster leur densité d’occupation.

Mots-clés :