Boîte à outils pour la conservation du papillon monarque

Programmes incitatifs

Les Services de diversification des modes d’occupation des sols (ALUS)

Services de diversification des modes d'occupation des sols

Pays
Canada

Région
Alberta, Île-du-Prince-Édouard, Manitoba, Ontario, Saskatchewan

Catégorie d’utilisation des terres/de couverture terrestre
Agriculture générale

Type d’organisme
ONG

Espèces/habitats ciblés ou associés
Pollinisateurs

Type de publication
Site Web/portail Web

Langue originale
Anglais

Années de mise en œuvre
En cours. Les ententes ont généralement une durée de trois à cinq ans, avec possibilité de renouvellement ou de prolongation.

Les Services de diversification des modes d’occupation des sols (ALUS) sont un programme incitatif à participation volontaire qui fournit une aide financière et technique directe aux producteurs agricoles du Canada. Cette ONG, qui est le fruit d’un partenariat formé en 2006 entre la Delta Waterfowl Foundation et l’organisation Keystone Agricultural Producers du Manitoba, est actuellement implantée dans cinq provinces : Alberta, Manitoba, Ontario, Île-du-Prince-Édouard et Saskatchewan. ALUS offre des services uniques aux municipalités, aux comtés, aux provinces ou à d’autres régions en fonction des collectivités représentées au sein de chaque comité consultatif public (CCP). Les membres de ces comités sont des agriculteurs locaux, et des représentants de groupes d’environnementalistes, d’organismes gouvernementaux et de l’industrie.

Les CCP supervisent les programmes locaux et certains projets en fonction de leur intérêt pour les agriculteurs. Généralement, les ententes conclues visent des terres peu productives ou sensibles sur le plan écologique, et un maximum de 20 % de terres cultivables, et ont une durée de trois à cinq ans, avec possibilité de renouvellement ou de prolongation. La préparation et l’entretien des sites incombent généralement au propriétaire des terres. Les paiements annuels visant les terres inscrites sont habituellement liés au taux moyen de location des terres. Le coût pour un propriétaire de terres varie, mais un projet type nécessite une contribution initiale de 50 % (ALUS, 2015; Reid, 2016; Campbell, 2016; Gilvesy, 2016). Le programme s’intéresse de près à l’habitat des pollinisateurs, et comprend notamment un projet pilote d’habitat composé de haies en Ontario. Deux espèces d’asclépiades indigènes font partie du mélange de graines nécessaire à la restauration, et une autre espèce s’établit naturellement dans le cadre de nombreux projets de restauration (Reid, 2016). Le site Web d’ALUS donne des exemples de projets existants liés aux pollinisateurs et d’études récentes liées aux sites de restauration.

  • Alternative Land Use Services. 2015. www.alus.ca/
  • Dave Reid, ALUS, responsable du réseau de l’est du Canada. Communication personnelle, 2016.
  • Christine Campbell, ALUS, responsable du réseau de l’Ouest canadien. Communication personnelle, 2016.
  • Bryan Gilvesy, ALUS, directeur exécutif par intérim pour le Canada. Communication personnelle, 2016.

Montant de l’incitatif
Le paiement annuel visant les terres inscrites varie et est établi par les comités consultatifs sur les partenariats. Il est habituellement lié au taux moyen de location des terres. Par exemple, dans le comté de Norfolk, en Ontario, le paiement est actuellement de 150 $CAN par segment de 0,4 hectare (1 acre). En Alberta, il est compris entre 2 et 40 $CAN par segment de 0,4 hectare (1 acre). Le coût pour le propriétaire des terres varie; les projets pilotes peuvent totaliser jusqu’à 8 000 $CAN, mais sans aucun coût pour le propriétaire. Habituellement, les projets nécessitent une contribution initiale de 50 %. La préparation et l’entretien des sites incombent généralement au propriétaire des terres. Si c’est ALUS qui en assume la responsabilité, les coûts sont déduits des paiements annuels.

Mots-clés : , , ,