Boîte à outils pour la conservation du papillon monarque

Projets pilotes

Concept modèle : conservation de l’habitat des monarques en bordure des routes

Ministère des Transports de l’Ohio

Pays
États-Unis

Région
Plusieurs

Type d’organisme
Étatique

Espèces/habitats ciblés ou associés
Monarques

Langue originale
Anglais

On a établi que les emprises de transport et les bords de routes sont des lieux cruciaux pour la restauration de l’habitat. Les ministères des Transports des États sont de plus en plus conscients des problèmes majeurs touchant les pollinisateurs, et prennent des mesures pour protéger leur habitat en bordure des routes.

L’Ohio Department of Transportation (ODOT) est un des chefs de file du pays en matière de protection des pollinisateurs en bordure des routes; il a même lancé un mouvement à l’échelle de l’État baptisé Saving Ohio’s Pollinators. Ce projet a débuté à petite échelle en 2013, afin de permettre à l’ODOT d’« apprendre comment bien faire les choses » (Sarikonda, 2015).

L’Ohio Prairie Nursery (Pépinière des prairies de l’Ohio) a aidé l’ODOT à concevoir un mélange de graines des prairies indigènes, qu’on a ensuite utilisé pour planter deux parcelles pilotes de 0,4 hectare (1 acre) d’habitat de pollinisateurs le long d’une autoroute de l’Ohio. Ces habitats ont été extrêmement utiles et ont permis à l’ODOT d’établir des lignes directrices pour la plantation. Elles définissent les méthodes de base de préparation et d’entretien des sites, et comprennent une liste des mélanges de graines utilisés pour la restauration des bords de routes.

L’ODOT est en train de chercher des endroits de qualité pour créer des habitats d’asclépiades le long des routes, et de créer des panneaux No Mow (Défense de faucher) pour identifier et protéger ces parcelles d’asclépiades (Sarikonda, 2015). Une partie importante de cette initiative tient au rôle des agriculteurs et des propriétaires fonciers privés. Les agriculteurs s’inquiètent souvent du fait que des asclépiades poussent à proximité de leurs champs. L’ODOT est conscient de ce problème et s’efforce de demander aux agriculteurs et à d’autres propriétaires fonciers privés leurs suggestions à propos des activités de restauration.

À la suite de ces importantes conversations/activités de sensibilisation, l’ODOT a modifié ses mélanges de graines afin de ne pas y inclure d’espèces qui se propagent de façon incontrôlée, comme l’asclépiade commune (A. syriaca), en vue de projets de restauration adjacents aux champs agricoles. Il est important de noter que la majorité des personnes qui entreprennent la restauration avec l’ODOT sont des bénévoles.

Mots-clés : , ,